Partager
Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

Eglise Saint-Pierre de Boursay

41270 Boursay
Téléphone : 02.54.80.81.81
Déposez le premier avis sur cette fiche et aidez les prochains visiteurs à se faire une idée sur ce lieu.
1
2
3
4
5
Au revers de la façade, un ensemble de peintures murales (fin XIVe ou début XVe s.) a été découvert en 1895. Elles ont été dégagées et étudiées par Suzanne Trocmé à partir de 1950.
Le percement de la porte a fait disparaître une partie de l’œuvre. On peut imaginer que le Christ en majesté occupait cet espace.
La partie supérieure de la mandorle (motif ornemental ovale ou en amande entourant le Christ en majesté) est encore visible ainsi que les auréoles de deux personnages situés de part et d’autre.
Le Paradis a été peint sur plusieurs rangées de niches alignées. Chacune d’entre elles est occupée par un personnage dont on ne voit que le buste. C’est la manière habituelle de représenter le Paradis.
De l’autre côté de la porte, l’Enfer est symbolisé par un grand chaudron environné de flammes. Les condamnés y sont entassés, seules leurs têtes sont visibles. Parmi eux, on distingue un pape coiffé de la tiare. Les diables sont représentés sous la forme de bêtes énormes. Leur couleur blanche peut étonner… En réalité, la peinture à la colle s’est effritée au cours des siècles. Ainsi le chaudron qui devrait être noir est devenu blanc. Les démons, à l’origine probablement roux ou bruns, ressemblent maintenant à des ours blancs. Les oreilles, les yeux, la bouche et la langue, réalisés à l’ocre rouge les rendent plus impressionnants.

Autres scènes à découvrir :
- un grand démon tenant une fourche en guise de sceptre occupe toute la partie droite
- une femme est projetée en l’air par deux diables
- quatre condamnés s’avancent, résignés. Le cinquième est soulevé à bras-le-corps par un autre grand démon dont les pattes avant ressemblent à des mains ; la patte arrière, visible en bas, est pourvue de longues griffes
- deux personnages semblant s’élever
- un grand démon griffu
- la trace d’un écusson

Un peu d’histoire sur l’église Saint-Pierre :
L’église primitive (XIIe s.)a été profondément modifiée aux XVe et XVIe s. par l’ajout de deux grandes chapelles latérales.
La nef et le chœur ont reçu un couvrement lambrissé donnant de l’ampleur à l’ensemble de l’édifice. A la même époque, de grandes baies à remplage flamboyant ont été percées.
Une poutre de gloire sépare la nef du chœur.
Le pignon de la façade ouest est orné de crochets à décor feuillagé, ainsi que le la double pignon de la chapelle Sud. Sur l’un des contreforts subsiste un cadran solaire gravé dans la pierre.
Une flèche de charpente plus récente surmonte la toiture.


Pour aller plus loin : bibliographie
Frédéric LESUEUR, Les églises de Loir-et-Cher, Paris, Picard 1969.
Suzanne TROCMÉ, Les peintures murales de l’église Saint-Pierre de Boursay, dans Bulletin monumental, 1957.

Fermée, clé à la mairie (14h-16h mardi, jeudi, le samedi 9h-12h) et dimanche au restaurant.
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 1 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 2 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 3 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 4 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 5 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 6 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 7 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 8 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 1 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 2 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 3 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 4 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 5 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 6 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 7 - Boursay
  • Eglise Saint-Pierre de Boursay 8 - Boursay
Photos Localisation