Partager
Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

Laissez-vous conter Vendôme, patrimoine et histoire



Parcours cloutés : Sur la piste des petits clous, un circuit à faire en famille

 

Clou touristique

 

Ludiques et instructifs, deux itinéraires de promenade à pied vous sont proposés. Des panneaux racontent l'histoire de la ville et des principaux monuments.

Dépliant téléchargeable ou à  retirer gratuitement à l'Office de Tourisme

 

 

Circuit «AU CŒUR DE LA VILLE»

(durée 1h30) présente les monuments incontournables de Vendôme. Le point d'orgue de cet itinéraire est sans aucun doute l'abbaye de la Trinité, illustrant l'évolution de l'architecture du XIIe au XVIIIe siècle.

 

 L'hôtel de ville

hotel de villeL'hôtel de ville était à l'origine un ancien collège fondé en 1623 par le Duc César de Vendôme. Ce dernier le confie à des Oratoriens (congrégation religieuse établie en France au XVIIe siècle). Cet édifice change plusieurs fois de nom; école militaire royale à la fin du XVIIIe siècle, il devient le lycée Ronsard en 1930. En 1969-1970, un nouveau lycée est construit au nord de la ville. Les anciens locaux, inoccupés, sont aménagés en 1982 pour accueillir l'hôtel de ville.De 1639 à 1777, briques et pierres sont assemblées selon l'esthétique polychrome de l'architecture classique française. Conçues dans l'axe du portail d'entrée, rue Saint-Jacques, les façades ordonnancées de la cour d'honneur, en sont le plus beau témoignage.

Honoré de Balzac (1799-1850) fut élève durant 7 années, au début du XIXe siècle, au collège de Vendôme. La tradition veut qu'il effectue ses punitions, enfermé dans un réduit de l'ancien hôtel du Bellay, connu aujourd'hui sous le nom d'hôtel du Saillant et où est installé l'Office de Tourisme.

 

La chapelle Saint-Jacques 

chapelle st jacquesDès le XIIe siècle, ce lieu accueille des pèlerins en chemin vers Saint-Jacques de Compostelle. Cette chapelle gothique flamboyant résulte de transformations entreprises aux XVe et XVIe siècles. A partir de 1623, les Oratoriens, enseignant au collège situé à proximité, en font la chapelle de leur établissement. Désaffectée à la Révolution, elle devient magasin militaire puis salle de spectacle pour être rendue au culte en 1826. Depuis 1982, la chapelle Saint-Jacques accueille des expositions.

 

 

 

 

La tour de l'Islette

tour de l islette

La tour de l'Islette fait partie des fortifications construites au XIIIe siècle en bord du Loir. A partir du XVIIIe siècle, la tour comme les autres ouvrages défensifs sont délaissés, en partie abattus et réutilisés par les Vendômois.

Restaurée par l'association Résurgence, dans les années 1970, elle est accessible lors des journées du patrimoine.

 

 

 

 

 

L'ancien couvent des Cordeliers

Couvent des Cordeliers - Maison de retraite Les TilleulsC'est au XIIIe siècle, après le départ des moines templiers, que ce couvent devient un des plus importants établissements de l'ordre des Cordeliers.

En 1589, lors du siège de la ville par Henri IV, le couvent est pillé en représailles à l'esprit de résistance envers les huguenots instigué par les Cordeliers. Après la Révolution, des religieuses bénédictines du Calvaire achètent et agrandissent le couvent pour y installer une maison d'éducation. A partir de 1971, l'hôpital de Vendôme, propriétaire des lieux depuis 1964, y gère une maison de retraite.

 

 

La pente des petits jardins

pente des petits jardin

Chaque année, de nouvelles scènes florales sont composées en mosaïculture sur les bords du Loir. Tous ces parcs et jardins participent à la recherche de qualité et de diversité du fleurissement de Vendôme.

 

 

 

 

 

 

 

La porte d'eau

porte d eauCette porte, fortifiée au cours de la fin du XIIIe et au XVe siècles, est aussi appelée arche des Grands Prés, du nom des terrains qui l'environnent. Dès le Moyen Âge, la quantité d'eau du Loir est contrôlée pour alimenter les moulins de la ville. Ainsi, un barrage a été maçonné par les moines de la Trinité pour assurer le débit nécessaire à leur moulin dénommé "moulin Perrin".

 

 

 

 

Le chevet de la Trinité

la trinitéL'abbaye bénédictine de la Trinité possède une église dès l'époque romane. En 1271, cet édifice est jugé délabré par les moines qui décident de le reconstruire. Un nouveau choeur est édifié vers 1308. L'harmonie des proportions et les larges baies ornées de motifs en trèfles sont représentatives de l'architecture gothique rayonnante.

 

 

 

 

 

Le quartier Rochambeau

quartier rochambeauEn 1791, les bâtiments de l'abbaye de la Trinité sont mis en vente. Les locaux abritent alors un tribunal, des prisons et la sous-préfecture. C'est en 1802 que s'établit un quartier de cavalerie prenant le nom de quartier Rochambeau en 1886. Près de trente bâtiments (écuries, manèges, magasins...) vont être progressivement construits.

Le 20e Chasseurs à cheval, décimé en 1914, termine la liste des régiments stationnés à Vendôme. La gendarmerie, dernier occupant des lieux, est réinstallée à proximité immédiate, depuis 1996. Certains bâtiments accueillent des expositions temporaires en été. 

 

 

La cour du cloître

cour du cloitreLe cloître (du latin "claustrum": clôture) est un espace réservé à la méditation des moines. Il est au coeur du fonctionnement de cette abbaye bénédictine et comprend: le dortoir, le réfectoire et le logis des hôtes. A la Révolution de 1789, les moines quittent l'abbaye et au XIXè siècle, les bâtiments et terrains dépendant de l'abbaye vont devenir une caserne militiare dénommée "Quartier Rochambeau". 

De nos jours, les bâtiments entourant l'ancien cloître abrite le musée, l'école de musique et quelques associations culturelles. La cour est le lieu de concerts gratuits en été.

En rez-de-chaussée se trouve également la salle capitulaire ancien lieu de réunion quotidien des moines. Un des murs est orné de très belles fresques (fin XIe début XIIe siècles) découvertes en 1972 derrière un mur du XIVe siècle. "La Pêche Miraculeuse" (Jean 21, 1-14) demeure la plus belle de ces scènes illustrant des événements survenus après "La Résurrection du Christ".

 

La façade de la Trinité

la trinité

En 1508, la virtuosité du maître d'oeuvre, Jean Texier dit Jean de Beauce, s'allie à celle des sculpteurs pour réaliser la façade de l'abbatiale de la Trinité. Cet "embrasement sculpté" est un des chefs-d'oeuvre de l'art gothique flamboyant.

Le clocher de l'église constitue aussi un édifice exceptionnel construit au XIIe siècle. Il ressemble au clocher sud de la cathédrale de Chartres qui lui est contemporain.

 

 

 

 

 

Les maisons en pans de bois

maisons à pans de boisDe nombreuses maisons médiévales du centre de Vendôme sont en pans de bois, mode de construction économique encore utilisé aux XVIIIe et XIXe siècles. Datée de la fin du XVe siècle, la maison Saint-Martin est constituée d'un assemblage de poteaux de bois reposant sur des sablières (poutres horizontales). Au rez-de-chaussée, quatre sculptures représentent, de gauche à droite: saint Martin, saint Jacques, saint Jean-Baptiste et saint Louis.

Sur la place Saint-Martin, la statue du Maréchal de Rochambeau, érigée en 1900, témoigne d'un des nombreux faits d'arme de ce militaire de carrière né à Vendôme le 1er juillet 1725. Aux côtés de George Washington, Rochambeau concourt à la victoire de Yorktown en 1781, pour la cause de l'indépendance américaine.

 

Circuit «FLANERIE VERS LE CHATEAU»

(durée 1h) vous emmène hors du parcours touristique habituel. Votre découverte se termine au coeur du parc du château, havre de tranquillité, qui offre un panorama exceptionnel sur la ville et ses monuments. Pour vous repérer au long du circuit, des clous dorés fixés au sol jalonnent le parcours.

 

L'église Sainte-Marie-Madeleine

la madeleineLe 2 juin 1474, Jean VIII, comte de Vendôme, fonde l'église Sainte-Marie-Madeleine avec le soutien de ses habitants et notamment des confréries de vignerons et jardiniers cultivant de nombreuses terres maraîchères alentour. Si l'édifice est daté du XVe siècle, son intérieur a été restauré au XIXe siècle et présente un bel ensemble de vitraux de l'atelier Lobin de Tours.

Le clocher de l'église à fait l'objet d'une restauration en 2009, terminée par une mise en lumière.

 

 

 

 

La bibliothèque

bibliothequeDessiné par l'architecte Edouard Marganne, cet édifice est construit, de 1866 à 1868, pour abriter la bibliothèque, le musée et la société archéologique.  Epargné par le bombardement de juin 1940, le bâtiment va alors devenir l'hôtel de ville. Les collections du musée rejoignent l'abbaye de la Trinité en 1953. Après aménagement, la bibliothèque occupe seule depuis 1986 les locaux tandis que l'hôtel de ville trouve place dans l'ancien lycée Ronsard.

 

 

 

La chapelle Saint-Pierre-la-Motte

st pierre de la motteCette chapelle du XIe siècle appartenait à un prieuré dirigé par des moines de Saint-Georges-des-Bois. Vendue en 1791 et transformée plusieurs fois, il ne subsiste semble-t-il qu'un tiers de l'édifice. L'espace intérieur correspond à la sobriété extérieure de ce petit édifice roman qui constitue, de nos jours, un des plus anciens monuments de Vendôme.

 

 

 

 

L'ancienne église Saint-Martin

ancienne eglise st martinLa tour Saint-Martin est l'ancien clocher d'une église qui occupait presque tout l'espace de la place actuelle. Après la Révolution, de nombreuses transformations ont affaibli la structure de l'édifice et la voûte s'effondre en 1854. L'église est finalement démolie et son clocher (fin XVe, début XVIe siècles) est converti en beffroi. Le carillon de la tour Saint-Martin évoque les seules villes détenues au XVe siècle par le dauphin Charles VII: "Orléans, Beaugency, Notre-Dame-de-Cléry et Vendôme..."

 

La place du marché

place du marchéAutrefois place du Pilori, lieu d'exécution publique supprimé au XVIe siècle, la place du marché n'est à l'origine qu'une rue élargie. Pour remédier aux problèmes de circulation causés par le marché, la ville achète et démolit des maisons. L'actuelle halle couverte est inaugurée en 1861 et vitrée en 1981.

La physionomie du quartier qui l'environne a été redessinée par Jean Dorian, architecte, à la suite d'un incendie survenu le 15 juin 1940 après un bombardement.

 

 

 

La porte du Pont neuf

porte du pont neufLe pont de bois qui reliait la ville close à la basse-cour du château au XVIIIe siècle disparaît faute d'entretien. La porte du Pont neuf commande cet accès. Elle est le seul témoin de ce point de passage entre les deux enceintes fortifiées.

Lors de la mise à sac de Vendôme le 19 novembre 1589, c'est par cette porte que s'engouffrent les troupes d'Henri IV prenant la ville après leur assaut victorieux du château.

 

 

 

 

La porte Saint-Georges

porte st georgesCette porte est la seule encore en place parmi les quatre qui contrôlaient l'accès dans la ville.

En 1467, le comte Jean VIII la concède à perpétuité aux échevins qui décident d'y tenir leur assemblée.

La porte est ornée d'un décor de médaillons au XVIe siècle. Les réunions du conseil municipal et les mariages s'y déroulent de nouveau depuis sa restauration en 1959 suite à l'incendie lié au bombardement de 1940.

 

 

 

Le parc du château

le chateau

Les vestiges du château des comtes et ducs de Vendôme

Le premier point fortifié au XI° siècle est un donjon quadrangulaire au nord ouest d'un promontoire rocheux dominant la vallée du Loir. L'enceinte médiévale dont les murs sont encore en partie visibles date du XIIe siècle. Elle est dominée par la tour dite de Poitiers, tour maîtresse qui participait à un dispositif défensif renforcé au XV° siècle. Il ne reste rien des vastes logis construits au XV° et XVI° siècles car après une période de travaux importants au XVII° siècle commandés par le duc César de Vendôme, fils légitimé d'Henri IV, le château est délaissé pour finalement passer dans le domaine de la Couronne en 1712. La vente révolutionnaire va morceler le château et contribuer à sa transformation au XIX° en un parc romantique aux allées sinueuses. Le cèdre majestueux planté en 1807 et la vue panoramique sur la ville sont les points d'orgue de ce parc d'agrément de 6 hectares. Une collection d'hortensias présente les nombreuses variétés créées par Emile Mouillère et ses descendants, horticulteurs vendômois de la fin du XIX° jusqu'au milieu des années 1950. Le visiteur peut ainsi redécouvrir ces variétés vendômoises de renommée internationale, fruits d'un patient travail de croisement et de sélection. En été, des expositions sont présentées dans le parc et dans l'orangerie.

 

Parcours de mémoire

Parcours de mémoire 39-45

Inauguré le 27 mai 2013, autour d'anciens combattants, d'historiens et d'élus, le parcours de mémoire de Vendôme mène le promeneur à la découverte des vingt-deux points à travers la ville dont certains font prendre corps aux figures qui ont donné leur nom à des rues ou des établissements scolaires. Matérialisé par des petits clous, vous pouvez suivre ce chemin de mémoire à l'aide de la brochure explicative.